autres, blog, les folles histoires de pirates

LES FOLLES HISTOIRES DE PIRATES : CHAPITRE 2 – UN FORT INFILTRÉ


Ohé les pirates !

Nous avons le plaisir de vous proposer le second épisode de notre série « LES FOLLES HISTOIRES DE PIRATES« . Cette série consiste tout simplement à retranscrire sur le site via divers articles, les histoires qu’ont vécus certains joueurs. Des moments uniques qui auront vraiment marqués nos pirates. Toutes les deux semaines, nous vous proposons une nouvelle histoire, d’un nouveau joueur.

Si vous avez vécu une histoire originale sur le jeu, un moment unique que vous ne pourrez pas oublier, vous pouvez nous la proposer via notre formulaire de contact, ou nous le proposer directement sur notre discord. Essayez de nous proposer des histoires vraiment intéressantes. Sachez cependant que nos correctrices se réservent le droit de modifier la syntaxe et les formulations des textes afin de les rendre plus narratifs et plus agréable à lire une fois posté sur le site.

Bonne lecture à tous !

CHAPITRE 2 – UN FORT INFILTRÉ

Histoire originale proposée par Alan Solo

Mes camarades et moi-même étaient en train de naviguer sur les flots avec un objectif marqué sur notre carte, que nous rejoignîmes rapidement grâce à la puissance de notre Galion.

Sur place, chaque tonneau, chaque caisse, furent retournés pour notre profit, et les cales de notre navire se remplirent très rapidement de victuailles diverses, ainsi que de munitions pour nos armements. Alors que nous étions attelés à la tâche qu’un honnête membre de faction nous avait commandé, j’ai pu repérer, depuis les hauteurs de l’île, la forme distincte d’un crâne flottant dans le ciel, comme un nuage noir signe de mauvais présage… Ce dernier semblait appeler toutes les fibres de mon corps à le rejoindre, et j’essayais de résister d’abord avant que la tentation ne soit trop forte pour continuer à ignorer ce sombre message.

Ni une ni deux, je rejoignis notre vaisseau et attrapais l’échelle de corde me permettant de monter jusqu’au nid de pie perché sur notre grand mât. Me tenant d’une main au parapet pour ne pas risquer de chuter, je prenais de l’autre ma longue-vue et dirigeais mon regard à travers celle-ci en direction de ce nuage à la forme si particulière. Sous lui siégeait une imposante forteresse faite de bois et, amarrés à ses abords, deux Sloops aux voiles relevées, comportant un fanion commun s’agitant dans le vent. Mon sang ne fit qu’un tour à l’idée de pouvoir les rejoindre et des combats à venir. En me pressant je redescendis de mon perchoir et me précipita à la poupe de notre Galion où nous avions attaché une chaloupe récupérée précédemment. Une fois le petit bateau à l’eau, je vérifiais mes armes puis attrapais les rames. Mon objectif : la forteresse maudite.

En quelques coups de rames rapides, je parvenais à destination, et laissais ma faible chaloupe dans un recoin bien dissimulé de l’île. Il ne me fallut guère de temps pour comprendre que personne ne m’avait vu approché dans les vagues de la mer : les coups de feu et d’épées s’entrechoquant ne s’arrêtaient pas derrière les palissades boisées de la forteresse. Usant de ruse et de discrétion, je parcourais les plages de sables à la recherche d’un de ces barils rouges que les pirates affectionnent tant et craignent en même temps. Mon bonheur fut comblé lorsque je fis la découverte de l’un d’entre eux, semblant m’attendre comme un trésor à l’ombre d’une muraille.

Ces imbéciles avaient amarré leurs navires respectifs à une distance bien trop déraisonnable l’un de l’autre près d’une plage, ne s’imaginant pas un seul instant que leur alliance se briserait. Ainsi je me pressais vers le premier Sloop, ma précieuse cargaison en main. Laissé sans surveillance, je grimpais dessus, allumais la mèche de mon baril de poudre que je disposais avec amusement au milieu du pont du bateau, puis sautais sur le second Sloop. Dans mon dos, la détonation du baril se fit entendre alors que je découvrais l’un des membres d’équipage présent sur le second navire. Sans une hésitation, je fis parler le fer et mit fin à ses jours alors que le malheureux tentait de boucher les trous que la première explosion avait percé dans la coque du vaisseau. Laissant l’eau s’infiltrer par ces failles, je me précipitais vers la vigie, et qu’elle ne fut ma joie d’y découvrir un second baril de poudre ! La suite se passa très rapidement alors que je mettais le feu à ce second trésor et le laissais tomber depuis le nid de pie avant de me jeter moi-même à l’eau depuis cette hauteur. Les flots de la mer me protégèrent de cette explosion dangereuse, et je retournais me cacher derrière les palissades de la forteresse en attendant de découvrir les réactions de mes nouveaux adversaires.

Ces derniers, découvrant leurs navires respectifs sabotés et glissant sur les fonds marins alors qu’ils coulaient, se retournèrent sans attendre les uns contre les autres, persuadés qu’une trahison avait eu lieu au sein du groupe. Dans un tonnerre de hurlements, de balles et de coutelas, ils s’entretuèrent, et je n’eus qu’à m’occuper du dernier d’entre eux encore en vie alors que mon propre équipage me rejoignait enfin. Pas de répit pour les braves, à peine eurent-ils posés le pied sur le sable, des formes squelettiques s’extirpèrent du sol pour nous attaquer. Ces choses étaient particulièrement hargneuses, mais grâce aux dieux de l’océan, ou à la chance, nous nous aperçûmes que leur Capitaine était lui-même présent dans la grande salle de la forteresse. Avec courage, nous le pourfendîmes et ses sujets fuirent tous la queue entre les jambes en voyant leur dirigeant défait.

La Clé du Trésor en notre possession, et maintenant débarrassés de tout ennemi, nous avons ouvert le caveau sous la forteresse en exprimant notre joie d’un coup si bien réalisé. Nous avons chargé le trésor sur notre Galion, et une fois assurés que rien ne manquait, sommes partis vers l’avant-poste le plus proche, pressés à l’idée des piécettes d’or sonnantes et trébuchantes que nous allions gagner grâce à ce butin volé.

Depuis ce jour mes camarades, impressionnés par mes prouesses, m’ont affublé du surnom de « Chaloupeur Fou », et jamais maintenant je ne manque une occasion de démontrer de mes talents, profitant de la moindre opportunité pour mettre à l’eau ce petit navire et d’aller explorer les environs à la recherche de découvertes inattendues…

Voila, nous espérons que ce second chapitre, « Un Fort inflitré », vous aura plu. N’hésitez pas nous faire des retours, et encore une fois, à nous proposer vos histoires !

Restez à l’écoute sur Sea of Thieves France
Suivez nous sur notre Twitter

CORRECTION/SYNTAXEJu’w Queen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.